Equateurs

La piste Pasolini de Pierre Adrian

1er janvier 2016

La piste Pasolini de Pierre Adrian

À 23 ans, Pierre Adrian part pour l’Italie sur les traces d’un écrivain insaisissable et fascinant : Pier Paolo Pasolini. Du « Frioul vide et infini » aux errances dans Rome et ses « nuits sans frein », il hume, palpe cette vie à fleur de peau, à rebours de tous les clichés.
Magnifique quand il provoque la société, Pasolini n’a cessé de bousculer les idées reçues. Quarante ans après son assassinat, il reste vivant au point de nous brûler. Premier détracteur des téléviseurs et de la vie quotidienne, il (…)

Que seule demeure la poésie du Ienisseï de Loïc Finaz

1er novembre 2015

Que seule demeure la poésie du Ienisseï de Loïc Finaz

Sur le fleuve, le Matrosov avait repris sa virée. Plein nord, vers la mer de Kara, la Nouvelle-Zemble, l’Arctique et toutes nos illusions : la légèreté, la rédemption d’une route sans poussière et l’apesanteur de l’étoile polaire…
Un cri d’oiseau avait déchiré la nuit, lui offrant cette profondeur que l’obscurité lui déniait. Au matin le soleil serait là, la rivière silencieuse. Les jours de brume s’esquiveraient sans autre pesanteur que le spleen qu’ils nous avaient légué.
Une aigrette avait déposé d’une (…)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.