Eschyle, poète cosmique

Auteur : Bernard Deforge

Eschyle, poète cosmique

Le titre de poète cosmique va comme un gant à Eschyle. Il est cosmique par son œuvre immense (90 drames, selon la Souda) : le point est fait sur L’Eschyle perdu. Il est cosmique, parce que le monde est présent sur la scène de son théâtre : l’étude est menée à travers le thème structurel. Il est cosmique par la permanence et la transcendance du Divin c’est la religion d’Eschyle qui est cernée, les personnes des dieux, les dieux dans l’âme humaine, les dieux source de tout.

Eschyle est le poète d’une ontologie panthéiste et d’une unité cosmique qui s’inscrivent dans la chaîne continue des enseignements ésotériques. Il faut refuser les approches dichotomiques qui, en général, marquent les études eschyliennes : justice-injustice, pessimisme, optimisme. Le cosmos d’Eschyle est le Tout. Les souffrants sont les élus. Les Érinyes sont les Euménides.

Paru le 1er janvier 1986

Éditeur : Les Belles Lettres

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Ted Hughes

Le guide

Quand tout ce qui peut tomber est tombé
Quelque chose s’élève.
Et s’en allant ici, et s’évadant là
Et cela, et ceci, telle est mon errance.

Ted Hughes, Cave Birds, Traduit de l’anglais par Janine Mitaud
Orphée, Éditions de la Différence, 1991.