Essais de voix sur les décombres

Auteur : Bruno Berchoud

<i>Essais de voix sur les décombres</i>

Une explosion n’est pas toujours synonyme de catastrophe. Ainsi, faire sauter une barre HLM compte parmi les gestes de la modernité. Mais le vacarme produit un écho, et certains mots reviennent de très loin.
Les décombres n’ensevelissent rien. Ils ne font au contraire que tirer vers le jour ce qui se croyait enfoui. L’effondrement vient combler ça et là des trous dans la mémoire, et la chute des murs s’écrasant au sol fait vibrer jusqu’aux cordes vocales. C’est peut-être là que l’on commence à parler.
Les voix se croisent, se chevauchent, se côtoient, parfois même arrivent à se répondre, dans un « chaos » somme toute un peu plus ordonné que celui des décombres et de leur silence.
Ouvrage publié avec le soutien du Centre Régional du Livre de Franche-Comté et le Conseil Régional de Franche-Comté.

Paru le 1er janvier 2015

Éditeur : Atelier du grand Tétras

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.