Et moi, je rirai de votre épouvante

Valéry Molet

 Et moi, je rirai de votre épouvante

Illustrations de Baptiste Carluy

C’est comme s’il y avait ici des mots sculptés dans la pierre. Les phrases décoffrées d’un granit rose et noir dégommé par le vent. C’est comme s’il y avait là un cendrier vomissant sur la plage, une femme qui part et ne reviendra pas. Comme s’il y avait ici des parcours, des chemins parsemés de bouse, peut-être des synagogues, sans doute des anachorètes de la littérature.
Dans littérature, il y a rature. Comment saurions-nous l’ignorer ? Comment pourrions-nous ne pas entendre ce silence entre chaque mot, percevoir cet espace entre chaque phrase et ces blancs entre les lignes de l’écriture de l’horizon ?
C’est comme s’il y avait là des mots comme un chemin de pierres décoiffées par le temps, où l’on viendrait trébucher sur les cailloux pointus d’un réel inassouvi.
C’est comme s’il y avait ici des parcours jonchés de « Victor Hugo et les muses » cachés dans les bronzes d’un Auguste Rodin toujours inachevés, à la terrasse de la brasserie des jardins de l’hôtel Byron, un dimanche après-midi de novembre après dix-huit heures trente, saoul ou bien avant la pluie. . .

Valéry Molet est écrivain. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages de poésies, romans, nouvelles et essais. Il dirige également les éditions sans escale (www.sansescale.com). Il vit et travaille à Paris.

Paru le 30 mars 2021

Éditeur : Unicité.

Poème
de l’instant

Elena Tognoli

Mater Baltica

On dit que les poissons n’ont pas
de mémoire, dans la mer ne restent
que les vieux poissons
étourdis,
ils se souviennent de quelque chose
mais ne sauraient dire quoi.

Elena Tognoli, Mater Baltica, Esperluète Éditions, 2022.