Et parfois je croise mon corps de Nicolas Jaen

Collection "Affichage autorisé"

"I was a man

je prens la nuit pour le jour
on m’a mis l’âme en lambeaux

mes cendres dans le dernier mégot

et les rêves dans des valises
pour emporter loin

je prends le jour pour la nuit
je dors sous un tas de linge
en attendant que passe le train

j’envisage demain
comme une autre brûlure
d’autres alcools
pour oublier qu’on m’oublie

s’il y a blessure
je gratte l’allumette sur mon coeur
une cigarette me donne l’aisance

je me pince pour être réel"

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Contre-allées

Genre de la parution : Plaquette

Poème
de l’instant

Claude Michel Cluny

Odes Profanes

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.