Etats provisoires du poème

Etats provisoires du poème

Si l’on veut bien admettre que l’art, le théâtre, la poésie ne sont pas des affaires privées mais qu’ils sont par essence des biens publics, nécessairement à partager puisqu’ils sont dans la cité l’occasion d’une émancipation collective des consciences, quelles conséquences pour ceux qui en sont les protagonistes  ? Quelle sorte de contrat, implicite ou explicite, symbolique et financier, s’établit entre public, artistes et pouvoirs publics  ?

C’est à ces questions que, chacun à sa manière, directe ou allusive, répondent les contributeurs de ces XVes États provisoires du poème, dans une période où le retrait de l’État et des collectivités territoriales dans tous les domaines de la création fait craindre que se perde cet esprit public qui a fondé historiquement la politique culturelle de notre pays.

Paru le 1er janvier 2016

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.