Être-avec

Auteur : Alain Jouffroy

Être-avec

"À BAUDELAIRE
La beauté était, pour toi, la surprise.
Et tu m’as surpris très tôt,
Hérisson nouveau, larve de Rimbaud,
Chenille avant la mue !
Mais tu es mort de mutisme et
Tu t’es tu, dès longtemps.
Il a fallu d’autres Apollinaire pour
tout relancer, de tes fusées,
Réinventer, sans fleurs, le bonheur,
D’être là – jambes lasses –
Debout, assis, couché, dormant dans tous les cas.
Mais je te reconnais, sans rêver,
À tous les poteaux,
Et même si je m’étais disputé, violemment
parfois, avec toi,
Je t’inviterais ce soir à table,
Où tu ne viendrais peut-être pas.
Je t’embarrasserais avec des femmes, nouvelles.
Des livres non lus,
Et plus que jamais, des utopies.
Tu n’y as jamais cru ? Tant pis.

Paris, 1er-2 juin 2002".

Paru le 1er février 2007

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.