Extraits de Droit de Citer les poètes - Éditions Le Temps des Cerises

Anthologie des Éditions Le Temps des cerises, février 2014.
Co-édition Le Printemps des Poètes.

Quelques citations extraites du livre :

Allumons les esprits, c’est notre loi première
Victor Hugo

À chaque être plusieurs vies me semblaient dues
Arthur Rimbaud

Plus il y a de poésie, plus il y a de réalité
Novalis

Le poète est le législateur non reconnu du réel.
Shelley

Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Guillaume Apollinaire

Plus le poème est court
Plus il entre en la chair

Aragon, les Adieux

Toutes les choses ont leur mystère, et la poésie, c’est le mystère de toutes choses
F. G. Lorca

Les immortels sont mortels et les mortels immortels
Héraclite

Mieux est de ris que de larmes écrire
François Rabelais

Le voleur m’a tout pris
sauf la lune
à ma fenêtre

Le moine Ryôkan

La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit.
Proverbe guinéen

Le doute est un hommage rendu à l’espoir.
Lautréamont

Il y a maintenant à trouver la grande loi des cœurs
Antonin Artaud

Je cherche un être à envahir
Henri Michaux

Le bonheur, qu’on me pardonne,
Est sur terre, donc assez bas.

Bertolt Brecht

L’argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n’en ont pas
Boris Vian

Objets inanimés avez-vous une âme ?
Oui, répondit le canon.

Jean L’Anselme

Quoique dise la vieille espérance
forçons les portes du doute.

Yacine Kateb

On nourrit les hommes de paroles
les porcs de pommes de terre.

Nazim Hikmet

Quand le printemps fleurit l’hiver se met en grève
(lu sur un mur de Paris)

La musique de la nuit n’est pas dans les étoiles
Mais dans l’obscurité entre elles

Homero Aridjis (Mexique)

La nature se rit des souffrances des hommes
Lecomte de L’Isle

Nuit :
terre à étoiles

Madeleine Riffaud

Je suis trop près du soleil
Et ils disent que je vais devenir aveugle.

Ming Di, Chine

Même plié dans l’armoire
le ciel bon

Yvon Le Men

Tel qui trahit se tue, et les autres avec lui.
La Chanson de Roland

L’espérance des lendemains
ce sont mes fêtes

Rutebeuf

L’arbre de la tristesse, ne le plante pas dans ton cœur.
Relis chaque matin le livre de la joie.

Omar Khayyâm

La révolution sera la floraison de l’humanité
comme l’amour est la floraison du cœur.

Louise Michel

Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires.
Max-Pol Fouchet

De deux choses lune
L’autre c’est le soleil

Jacques Prévert
(Le paysage changeur)

C’est quoi une vie d’homme ?
C’est le combat de l’ombre et de la lumière…

Aimé Césaire

Le printemps est inexorable
Pablo Neruda

Dans Révolution il y a rêve et évolution
(Lu dans les toilettes du Paris-Vintimille)

Mes chers semblables comment pouvez-vous vous courber encore ?
Comment pouvez-vous ne pas sourire ?

Yannis Ritsos

Résister c’est s’assurer de
La bonne santé de ton cœur, de tes testicules
Et de ton mal enraciné :
Le mal d’espoir.

Mahmoud Darwich

Bon an mal an
Bon gré mal gré
Bon pied bon œil

André Frénaud

On a comme une impatience de printemps
Jean Ristat

Jeunesse entends-moi
Tu ne rêves pas en vain

Andrée Chedid, Au cœur du cœur

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas

Paul Eluard

À la source de tes yeux
la mer tient sa promesse

Paul Celan

Mon amour est brisé
Mais la Bourse était à la hausse
aujourd’hui

Charles Bukowski

Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Guillaume Apollinaire

Écoutez ! Puisqu’on allume les étoiles,
c’est qu’elles sont à quelqu’un nécessaires ?
C’est qu’il est indispensable, que tous les soirs au-dessus des toits se mette à luire seule au moins une étoile ?

Vladimir Maïakovski

Ce n’est pas assez de posséder le soleil
Si nous ne sommes pas capables de le donner

Paul Claudel

Je pense à la chaleur que tisse la parole
autour de son noyau le rêve qu’on appelle nous

Tristan Tzara
(in L’Homme approximatif)

L’oiseleur a du plomb dans l’aile
Marc Alyn

L’amour est vaste comme le monde
Robert Desnos

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.