Fable

Auteur : Bernard Manciet

<i>Fable</i>

Traduit de l’occitan par l’auteur. Édition bilingue.
Né en 1923 dans les Landes, Bernard Manciet est fonctionnaire du Quai d’Orsay jusqu’en 1955 ; c’est par le biais d’une réflexion sur l’effondrement de l’Allemagne qu’il retrouve la lande comme lieu fondamental de sa poésie et le gascon comme son moyen d’expression privilégié.
Il est l’auteur d’une œuvre considérable en occitan et en français qui s’impose par sa seule force comme l’une des plus hautes, des plus abouties de notre époque. Poésie de grand large et d’images fulgurantes. Cette œuvre immense, il l’a construite patiemment depuis vingt ans sans jamais se préoccuper de l’existence sociale de ses écrits. Fable sera le dix-septième titre de Manciet publié par les Éditions de l’Escampette.
Resté inédit depuis vingt-cinq ans, Fable était installé dans la « mytho-logie » de Manciet, comme Éloges de la rose ou Odes… La traduction de l’occitan, effectuée par l’auteur, est davantage une réécriture qu’une
traduction. Comme toujours avec Manciet !

Paru le 12 avril 2005

Éditeur : L’Escampette

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.