Fable blanche d’André Louis Aliamet

Fable blanche d'André Louis Aliamet

"Ton regard flottant sur le vide,
s’évasant, cheminant
vers l’aube aux trois-quarts
rougie, vers la pointe obscure
de ce jour,

ces vues secrètes
de l’aurore, tu les inventes
quand elles s’éloignent, aussi pâles
qu’une vapeur gardant les traits
d’un visages rêvé."

Paru le 1er mars 2010

Éditeur : Souffles

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.