Fédia et les petits jaseurs de la taïga

contes et poèmes des pays slaves

Fédia et les petits jaseurs de la taïga

Réjane Niogret, Christian Poslaniec et illustrations de Sandra Poirot Cherif

Le jaseur ou jaseur boréal est un bel oiseau migrateur de la taïga. De même que le mot « canari » dans le titre du premier ouvrage de la collection a un double sens, le jaseur est à la fois un oiseau et un bavard.
Fédia est un voyageur à cheval, accompagné de ses chiens, parcourant les pays slaves. À chaque étape, un oiseau lui dit un conte et des poèmes. Au fil des brèves introductions poétiques qui ouvrent les chapitres, on apprend à connaître Fédia, ses goûts, ses attachements. On découvre également qu’il est un collecteur de contes comme le furent en leur temps Pavel Chéïn (1826-1900) ou Erna Pomérantseva (1899-1980).

Les pays slaves : la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l’Ukraine, la Tchéquie, la Slovaquie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie, la Serbie, le Monténégro, la Macédoine et la Bulgarie ont en commun une langue originelle. Tout comme l’Afrique du Canari m’a dit, ils ont une parenté évidente tout en présentant une grande diversité. Chacun de ces pays se trouve représenté par un ou plusieurs textes.

Cette anthologie, destinée à des enfants de 9 à 12 ans, à leurs parents et leurs enseignants, comprend quinze chapitres comportant chacun : une illustration intégrant le titre du chapitre ; un bref texte (fil conducteur) ; un conte traditionnel réécrit et trois ou quatre poèmes.

Les chapitres se présentent en harmonie autour de mots-titres choisis après la lecture de nombreux contes et poèmes : Cheval, Rêve, Malheur, Enfance, Couleurs, Amour, Poisson, Prince, Saisons, Abeille, Joie, Musique, Temps, Destin, Oiseau. Au fil des étapes, de contes en poèmes, l’âme slave se donne à découvrir.

Certains contes, comme « Vassilissia la très belle » et « La fille de neige » (Russie) ou « Le prince Dindon » (Pologne) sont très connus. Ils voisinent avec des perles rares : « La jalousie de la fée Ravijojla » (Croatie) ; « Pero et l’ondin » (Slovénie) ; « L’enfant de la banquise » (Sibérie) ; « Trois grains en cadeau » (Ukraine) ; « Comment le monde récompense » (Serbie/Croatie) découvertes au gré des recherches.

Les poèmes sont d’auteurs classiques et contemporains des treize pays slaves adaptés en français.

Paru le 19 avril 2018

Éditeur : Le Temps des cerises

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.