Foulées désultoires

Auteur : Carole Carcillo Mesrobian

<i>Foulées désultoires</i>

Il n’y a rien d’autre que le chant des sirènes fini. C’est peut-être pour cela écrire, pour tenter de capturer la vacuité du sens, terreau fertile s’il en est, pour visser le silence sur la page, capter l’inaudible. Gageure. Tâche communicative. Et surtout tout échappe, nous le savons malgré la lutte. Les mots aussi qui vivent, se moquent des assemblages fous pour finir par trahir. C’est aussi pour cela écrire. Mutismes à intervalles quand on atteint les cimes.

Paru le 1er août 2012

Éditeur : Editions du Cygne

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.