G.R.P.

Contact

Derniers sentiers, Sentiers d'adieu

1er septembre 2012

Derniers sentiers, Sentiers d’adieu

Il suffit d’une lettre…
D’un fer à repasser
Amoureuse je suis
Mon ex n’était en fait
Qu’un fier à repasser
La lettre neuf de l’alphabet
A décillé mes yeux naïfs
Et nous voici bien vieux
Mon fer et moi au coin du feu…
Vivez si m’en croyez
N’écoutez l’alphabet
Evitez que l’on mette
Un point noir sur le i…

Poème
de l’instant

L’homme désert

Il n’y a pas d’aigle sans désirs.
Il n’y a pas d’aveugle sans regard.
Il n’y a pas de Bonheur.

Mais il n’y jamais ce chant tournoyant et délivrant, cette Parole de toujours, cette terrasse de splendeur portée entre les bras du jour, il n’y a pas ce chant et cette bouche qui chante, et ce corps qui chante cette bouche, et ce désir qui chante ce corps qui l’emporte à sourire, s’il n’y a pas Celle même qui attend encore, au milieu des palmes et des pluies, d’être déliée de son ombre.

André Delons, L’homme désert, Éditions Rougerie, 1986.