Gadjo-Migrandt

Gadjo-Migrandt

La tsigane

il n’y avait ni soleil ni lune
enchaînés qu’ils étaient l’un à l’autre
au dur du monde
des hommes forts et audacieux
partirent pour les sképimer
combattirent météores
strigoi et moroi
ils vaincirent

je porterai le soleil dit l’un
et lautre : moi la lune
mais Kham le soleil au retour
chauffait tant qu’il brunit
l’homme qui l’emportait
- de là viennent les Tsiganes -
…"

Paru le 1er janvier 2014

Éditeur : Flammarion

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Le Chant du métèque

Vous ne saurez jamais ma soif mon angoisse
des visages douloureux, des nébuleuses obscures,
des sourires lumineux, des carrefours tordus,
du temps qui naît, du temps qui meurt,
des fenêtres closes, des tombes étales
sous le baiser humide du ciel.

Jean Malaquais, « Le Chant du métèque », Revue Caravanes 7, Éditions Phébus, 2001.