Gallimard

Editions de Poésie (collection Blanche, La Pleïade, L’arbalète, Folio…)
Poésie étrangère
Poésie contemporaine (collection Poésie/Gallimard)
Poésie pour la jeunesse (Gallimard jeunesse, "enfance en poésie)
Poésie classique…

Collection Poésie/ Gallimard
« Poésie/Gallimard » est une collection au format poche de recueils poétiques français ou traduits. Chaque volume rassemble des textes déjà parus en édition courante — tantôt du catalogue Gallimard, tantôt du fonds d’autres éditeurs —, souvent enrichis d’une préface et d’un dossier documentaire inédits.

LES 61 AUTEURS PUBLIÉS EN « POÉSIE/GALLIMARD » DE LEUR VIVANT (HORS ANTHOLOGIES)
Adonis — Andrade — Aragon — Bobin — Bonnefoy — Borges — Bosquet — Boulanger — Butor — Caillois — Césaire — Char — Darwich — Deguy — Du Bouchet — Dupin — Follain — Fombeure — Frénaud — Gaspar — Glissant — Goffette — Grosjean — Guillevic — Holappa — Jabès — Jaccottet — Jouve — Júdice — La Tour du Pin — Leiris — Luca — Macé — Mallet — Morand — Neruda — Noël — Novarina — Oster — Paz — Pichette — Pieyre de Mandiargues — Ponge — Queneau — Ramos Rosa — Réda — Roche — Roubaud — C. Roy — Sabatier — Saint-John Perse — Schehadé — Soupault — Stéfan — Tardieu — H. Thomas — Torreilles — Valente — Velter — Verheggen — Yourcenar

et 13 éditions bilingues

Nombre de parutions par an : 15

Contact

3 - 5 rue Sébastien Bottin

75007

Paris

Poésie I, La Poursuite du bonheur / Le sens du combat

28 janvier 2021

Poésie I, La Poursuite du bonheur / Le sens du combat

Lu par Jacques Bonnaffé.
Tutoyant avec aisance, à rebours des modes, une forme classique très maîtrisée, Michel Houellebecq met en scène dans ses poèmes un quotidien contemporain et urbain. Ses vers nous parlent de lui, nous parlent de nous et accèdent à l’universel, installant ainsi leur auteur, comme un Villon de la modernité, au rang des grands poètes populaires.
La voix dense et claire de Jacques Bonnaffé joue avec les mots de Michel Houellebecq, et dresse entre les lignes un portrait sensible et (…)

La Chanson de Passavant

14 janvier 2021

La Chanson de Passavant

Ce livre est le libre récit d’une vie d’homme d’action. Celle de Patrocle Passavant des Baleines, lieutenant de vaisseau, agent de l’État, aventurier bien vivant, qui, à l’instar de Moravagine ou de Battling, ses prédécesseurs, aurait pu, tout aussi bien, n’être qu’une créature de fiction.
Mais, l’auteur peut en témoigner, cette vie de héros, Passavant l’a conduite sans faiblir vingt ans durant. Yougoslavie, Cambodge, Djibouti, Afghanistan…
Comment épouser le mouvement d’une pareille existence, sinon en (…)

Crénom, Baudelaire !

7 janvier 2021

Crénom, Baudelaire !

Lu par Dominique Pinon.
Si l’œuvre éblouit, l’homme était insupportable. Charles Baudelaire ne respectait rien, ne supportait aucune obligation envers qui que ce soit, déversait sur tous ceux qui l’approchaient les pires insanités. Drogué, dandy halluciné, il n’eut jamais d’autre ambition que de saisir cette beauté qui lui ravageait la tête et de la transmettre grâce à la poésie. Dans ses vers qu’il travaillait sans relâche, il a voulu réunir dans une même musique l’ignoble et le sublime. Il a écrit cent (…)

Pénélope à Ulysse et autres lettres d'amour de grandes héroïnes antiques

7 janvier 2021

Pénélope à Ulysse et autres lettres d’amour de grandes héroïnes antiques

Pénélope à Ulysse, Briséis à Achille, Phèdre à Hippolyte, Didon à Énée… Dans ce recueil de lettres fictives, dix grandes héroïnes antiques s’adressent, éplorées, à l’homme qu’elles aiment mais qui est absent ou les a délaissées. Attente, désespoir, jalousie : Ovide déplie là, avant son Art d’aimer, le motif de la blessure amoureuse et sonde avec lyrisme les affres de la passion.
L’amour exerce d’autant plus d’empire qu’on le connaît plus tard : je brûle intérieurement ; je brûle, et une blessure secrète fait (…)

Notes sur la mélodie des choses et autres textes

7 janvier 2021

Notes sur la mélodie des choses et autres textes

Traduction de Claude David et Bernard Lortholary.
Dans cette composition de jeunesse (1898) – ici enrichie de trois textes sur l’art de la même période –, se forment et se dessinent les plus grandes percées de la poétique de Rilke : de ce qui se nommera, dans les Élégies de Duino, « l’Ouvert » et « l’espace intérieur du monde ».
Et nous sommes comme des fruits. Nous sommes suspendus bien haut parmi des branches étrangement entrelacées, et nous sommes livrés à bien des vents. Ce que nous possédons, c’est (…)

Et puis prendre l'air

3 décembre 2020

Et puis prendre l’air

D’une lecture aisée et agréable, ce recueil de proses est en somme une petite phénoménologie du quotidien, où l’humour ne cesse de pointer le bout de son nez. C’est ainsi que l’on passe d’un éloge appuyé des bancs publics, paradoxalement vif, à celui des tropiques humides, fruité à l’envi ; des saisons à la campagne où la langue se repose à celles de la ville où tout s’électrise. Qu’elles soient des villes ou des champs, ces proses poétiques ont de l’allure et de l’allant à revendre, une fraîcheur et une (…)

L'unique réponse

19 novembre 2020

L’unique réponse

La vie est une seule et grande question, qui attend de nous plus et mieux que des réponses ponctuelles. Elle attend cette unique réponse que toutes les autres nous cachent en nous leurrant. C’est sur et autour de ce thème que l’auteur a constitué cet ensemble de poèmes en vers ou versets et en prose de haute tenue. La beauté calme et ce qui la fonde, l’intensité de l’instant, les premières fois, la rencontre et l’approche de l’autre, la naissance chaque jour à la vie, la mort, voilà quelques-unes des (…)

Les Soliloques du pauvre, suivi de Le coeur populaire

19 novembre 2020

Les Soliloques du pauvre, suivi de Le coeur populaire

Gabriel Randon, dit Jehan-Rictus, né en 1867 et mort en 1933, connaît une enfance difficile et conflictuelle, il quitte l’école vers quatorze ans, vit de petits métiers divers et commence à fréquenter le milieu des artistes et anarchistes de Montmartre. Menant une vie précaire, sans-logis pendant un temps, il fréquente à vingt-deux ans le monde des clochards et des vagabonds, expérience cruciale qui lui inspirera le meilleur de son œuvre littéraire. Il a vingt-huit ans quand il entreprend en effet de (…)

Pour plus de lumière

15 octobre 2020

Pour plus de lumière

Anthologie personnelle, 1990-2012, Préface de Jean-Pierre Siméon
On ne présente pas Charles Juliet dont les neuf tomes de son Journal traduits dans le monde entier font un des écrivains majeurs de notre temps. Or si cet opus exceptionnel, de même que des récits comme L’année de l’éveil ou Lambeaux ont fait sa notoriété et sa popularité, il n’en reste pas moins que la poésie est l’alpha et l’oméga de son œuvre littéraire. C’est là en effet que l’on trouve de la façon la plus condensée, la plus incisive et (…)

Petit éloge du bleu

9 octobre 2020

Petit éloge du bleu

Au fond, au fin fond de tout, le si justement célèbre IKB (International Klein Blue) est une prise en compte directe de la vie, hors de toute béquille discursive, un désir de coïncider dans l’instant avec la pulpe du réel. De quoi est-il question, vraiment, en ces altitudes bleuissantes, sinon d’une vie véritable et vivante perçue comme un viatique ébloui - d’une fusion continue entre pensée et sensibilité ?
Une immersion, en abécédaire, dans toutes les nuances sensibles du bleu.
Bleu des premières (…)

Poème
de l’instant

Ted Hughes

Le guide

Quand tout ce qui peut tomber est tombé
Quelque chose s’élève.
Et s’en allant ici, et s’évadant là
Et cela, et ceci, telle est mon errance.

Ted Hughes, Cave Birds, Traduit de l’anglais par Janine Mitaud
Orphée, Éditions de la Différence, 1991.