Lettre à Lou Andréas-Salomé

9 juin 1897,

Je veux emporter dans ma nuit la bénédiction de tes mains sur mes mains et mes cheveux. Je ne veux parler à personne, pour ne pas gaspiller l’écho de tes paroles qui tremble tel un émail sur les miennes et les fait sonner plus tendres ; et, le soleil couché, je ne veux voir aucune lampe pour allumer au feu de tes yeux mille bûchers secrets…

Rainer Maria Rilke, Lettre à Lou Andréas-Salomé.

Poème
de l’instant

L’agonie du figuier

je t’attendrai debout sur le même sourire
pour conjurer la tempête

Tahar Djaout, 1954-1993, « L’agonie du figuier », apulée, Éditions Zulma, 2021.