Gatti, poète avec les mots du journaliste

Auteur : Armand Gatti

Gatti, poète avec les mots du journaliste

Par Marc Kravetz :

“C’est d’abord une histoire d’orthographe et de grammaire, puis tu te prends au jeu et cela te conduit au maquis.” D’emblée, le ton est donné. Dramaturge, poète, mais surtout homme d’action, Armand Gatti a une conception pragmatique du langage. Loin des fioritures rhétoriques, Gatti use de la langue comme d’une arme. Son œuvre, dont on a pu dire qu’elle était le “poème du siècle”, est une interrogation constante - par tous les moyens (poésie, théâtre, écriture collective, cinéma, etc.) - sur les possibilités qui s’offrent à l’homme de devenir plus grand que l’homme. Gatti ne cherche pas à décrire le passé - il ne fait pas œuvre d’historien - mais à le changer - démarche poétique. D’où la présence bouleversante dans toute son œuvre de ceux qui sont morts et à qui il offre la possibilité, le temps de l’écriture et de la représentation, de vivre les multiples existences dont ils ont été porteurs.

Paru le 1er décembre 2003

Éditeur : Jean-Michel Place

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.