Gros Textes

Contact

Place du village

05380

Châteauroux Les Alpes

Cairns n°26 - Le Courage

17 février 2020

Cairns n°26 - Le Courage

« Le courage de dire oui. Celui de dire non. Le courage qui reconnait sa peur, la dépasse ou pas. Le courage de l’humour. Le courage de penser, de dire. Le courage de l’enfant qui joue si souvent au jeu des premières fois.
L’enjeu de ce cairns 26 sera de mettre le courage à hauteur d’enfance ou d’adolescence. »
Patrick Joquel.

Pour attraper le printemps

15 novembre 2019

Pour attraper le printemps

Illustrations d’Yves Barré.
Jacqueline Held a définitivement - et depuis longtemps - choisi de camper en pays d’enfance. Beaucoup de ses poèmes s’adressent, d’ailleurs, au jeune public en particulier. Mais son parcours de femme en humanité, ses engagements, l’ont amené aussi - et depuis longtemps - à faire vibrer dans ses mots cette part que nous devons aussi à l’enfance : la révolte contre l’injustice et le besoin de réagir par la parole. Le poème ci-dessus en témoigne.
Dire que Jacqueline Held a le (…)

Cairns n°25

25 septembre 2019

Cairns n°25

Thème : Murs, Portes ou Ponts
Des premières enceintes de protection néolithiques aux oppidums en passant par les murailles de Chine ou d’ailleurs, les murs partagent les paysages. On en construit de nouveaux ici et là, en béton, en grillages barbelés… On en détruit ailleurs…
La porte, si elle est ouverte permet le passage, librement ou sous contrôle. Si elle est fermée, c’est une autre histoire.
Le pont, jeté sur le vide, enjambe les frontières naturelles, relie les territoires et les hommes. (…)

Ne vous ABC jamais

18 juillet 2019

Ne vous ABC jamais

M est, osons-le, parfois emmerdante, tant il faut énormément lui prouver qu’on l’aime ! Mais M est consciente du rôle qu’elle tient dans la langue française : magique, magnétique, magnifique, ma­gnolia, mécène, médecin, mémoire, mésange, mé­taphore, miracle, monbazillac, muscle, musée, musique, myrtille et mystique… Mais aussi : ma­ladie, malchance, malheur, maniaque, matraque, massacre, méchant, mensonge, meurtrier, monar­chie, monstre, morbide, mortel, mufle, mycose et myopathie… Quand on est au carrefour de (…)

Cairns n°24

31 janvier 2019

Cairns n°24

Numéro Spécial pour les 20 ans Printemps des Poètes consacrés à La Beauté.

Variable aléatoire de Daniel Pozner

1er juin 2016

Variable aléatoire de Daniel Pozner

Variable aléatoire, manière de porte ouverte sur mon atelier, mon établi. Je suis là, les bras pleins de formes, fouillant dans mes bouts de textes, assemblant, ajustant, retaillant. Sérieux, dérisoire. Foutraque, travail de précision. Ça se balance au vent, tout est si neuf en fond de cale, à la récré, on tourne tourne, une poignée de signes sortis de la soupière, du chapeau, de la machine à écrire, un brin de persil. Lancez les dés ! Si les poèmes sont courts, ils n’en sont pas moins pleins jusqu’à la (…)

Bbêtes

1er mars 2016

Bbêtes

" bêêê bêê bêêê !
koa bêêê ?
un rrrou rrrou roucoulie
j’y croa croa croa pas
tsss tsss tsss sornettes !
hou hou hou chouette !
wraou wraou wraou
chienne de vie !
la ferme !"

Cairn n°17

1er septembre 2015

Cairn n°17

SAveurs, arômes et textures…
Viens par là gamin
chamalow au coin du feu
plaisir enfantin
Raphaël Thélème

Cairn 16 L'insurrection poétique

1er mars 2015

Cairn 16 L’insurrection poétique

Déjà Lawrence le disait
la civilisation s’autodétruit
on ne pourra pas s’arrêter
ni d’écrire ni de crier
Ferlinghetti encore :
ne pas mourir achevé
mais infini

Comment tu vas le monde ? de Claude Burneau

1er mars 2015

Comment tu vas le monde ? de Claude Burneau

Mon père disait souvent
Les flics sont toujours
du côté des patrons
Y’a pas de justice
Mon père disait souvent
Celui qui gagne
En un jour
Ce que je gagne
En un an
Est-il 365 fois
moins bête que moi ?
(mon père utilisait un autre mot que bête)
Y’a pas de justice
Mon père disait souvent
Si l’usine ferme un jour
J’en connais un
Qui pointera pas à Pôle Emploi
Y’a pas de justice….

Poème
de l’instant

Les cent mille chants

Ceci est une fable, un divertissement
Où vous êtes pareils au bleu profond,
Et puissent les nuages ne pas vous obscurcir.
Moi la lune, moi le soleil
Si je ne deviens pas le captif des planètes
Nous nous rencontrerons encore et encore.

Milarépa, 1040-1123, Les cent mille chants , Traduit du tibétain par Marie-José Lamothe, Fayard, 1992.