Gros Textes

Contact

Place du village

05380

Châteauroux Les Alpes

Sablier

1er septembre 2007

Sablier

"Pluie sur la gare
Bateau de papier enfui
Dernières nouvelles"

Personne perdue

1er juin 2007

Personne perdue

Dans cet ouvrage, Gilles Lades explore, à travers la tempête du désorient, l’architecture de notre intimité précarité, jusqu’à la dissolution de tous les masques. Mais il y accueille aussi la grâce de ce qui fait naissance et nous replace à fleur de vie.
"Toujours la course
légère et la rivière
et l’exil
prononcé bas dans le regard…"

Zoopsies de Jean-Michel Robert

1er mars 2007

Zoopsies de Jean-Michel Robert

"Mon hibou
Je n’ai ni Dieu ni diable
Le hibou est la seule dignité
de mes superstitions"

Accords perdus

1er mai 2006

Accords perdus

Dans son journal de bord, dressant la comptabilité des déplaisirs et des désaccords, un amant cherche à se déprendre de la femme aimée :
la leçon la marée d’amour
au reflux et c’est le bassin
entier qui se viderait
laissant la côte à nu asséchée
l’os au net
Tentative vaine, l’amour réémerge sans cesse…
lueur enfouie dans la chair
éclot en sourire à la bouche
dans l’obscur des paupières
closes sur le secret
Quant à l’auteur, il cherche également à tâter des limites, celles de l’écriture poétique.
Y (…)

L'O.S. des Lettres

1er décembre 2005

L’O.S. des Lettres

L’Ouvrier Spécialisé des lettres
c’est le poète
Si vous ne me croyez pas
Lisez ce livre
de bout en bout
et de part en part.
Ne vous arrêtez pas en chemin
Ne musardez pas entre les pages
On ne lit bien que dans l’urgence.
Par l’auteur du :
Manuel de survie
pour un adulte inadapté
Qui sait de quoi il écrit
L’O.S. des lettres
C’est le poète.

Mots sauvages

1er novembre 2005

Mots sauvages

Instants d’espoir
"Odeur du temps
Marée mirage,
La nuit efface
Ton visage.
On pourrait
Presque
Toucher la paix."

Tant de secrets … se cachent alentour

1er septembre 2005

Tant de secrets … se cachent alentour

Des poèmes dont les héros sont des animaux, mais il existe des exceptions comme le hibou qui sait si bien cligner de l’oeil. De l’aigle au lézard, ils se sont bien rangés dans l’ordre alphabétique. Si certains sont bien visibles entre les lettres, d’autres se camouflent sous les mots. La rime, petite mouche, joue son vol. S’absente parfois. Pourquoi ? Où va t-elle ? Et que devient-elle ?
Le poème est-il toujours aussi simple qu’il en a l’air (…)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.