Guanahani

Auteur : Jean-Claude Tardif

Guanahani

Guanahani était le nom indigène de San Salvador lorsque Colomb y aborda.
Désignant un monde nouveau, rêvé mais déjà habité, ce nom guide le poème de Jean-Claude Tardif.
C’est à une forme de genèse qu’il s’attèle ici : la redécouverte des sensations simples et brutales d’un être écartelé
entre désir et nostalgie, mais aussi l’exploration complexe de ce qui fonde une humanité, paraphrasant Éluard :
l’amour la poésie. Exister et écrire étroitement entrelacés.

Dans ce vaste souffle de forge et de vents, Jean-Claude Tardif, né en 1963, éloigné depuis plusieurs années de la
présentation publique de son travail de poète pour se consacrer à une oeuvre de prosateur, en appelle à une cosmogonie de mots et de sens. Il réinvestit tout en blancs et déliés l’espace de la parole qui bâtit, fut-ce « jusqu’à la mort peut-être / pour trouver suite à notre histoire / et la sculpter - Mirage ».

Eric Sénécal

Paru le 1er juin 2011

Éditeur : Clarisse

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.