Hauts sont les Monts

Auteur : Bernadette Engel-Roux

<i>Hauts sont les Monts</i>

"Hauts sont les monts, sceaux blancs plombant les vals où dort l’effroi des bourgs, Halt sunt li pui e tenebrus e grant, Li val parfunt e eles ewes curant, dans l’ombre hermine de la vallée des toisons de pins noirs et de buis, de bouleaux et de hêtres dociles au cours des eaux - plus bas les aulnes aux pieds noyés, les peupliers, vont nus - désignent le lit creusé, le doigt encre des ravins, les vasques où nous venons laver nos corps navrés, où les bêtes viennent boire quand le printemps fondant névés fait eau de neige précipitée, casses de roches, avalanches de beauté blanche dont gronde le chant, et pâques dans les prairies."

Paru le 1er mars 2009

Éditeur : Corlevour

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.