Henry

Contact

Parc d’activités de Campigneulles-les-Petites

62170

Montreuil

Là où leur chair s'est usée

1er octobre 2012

Là où leur chair s’est usée

"Là où la chair s’est usée
le manche de l’outil
et ce qui comptait
le tranchant de la lame
sur la pierre bise
et de bien refermer l’enclos
l’aiguille dans la broderie
la tasse de la mère
l’assiette de tous les festins
menus objets de vie soudain cassés
maisons qu’on éventre et qu’on éventre et qu’on repeint
d’autres l’ont dit bon à jeter"

Aperçus-Lieux-Traces

1er octobre 2012

Aperçus-Lieux-Traces

"Il en est ainsi des êtres que l’on a connus : leur silhouette, leurs paroles se sont estompées, rideau d’ombres à peine perceptibles.
Ce n’est pas seulement le temps qui a contribué à ce passage au crible mais, peut-être, le peu d’attention portée alors, comme si cette fraternité des corps, des paroles perdurait, inaltérable."

Eloge de la betterave

1er juin 2012

Eloge de la betterave

"Nous grignotons mangeons,
tendrement gloutiques,
puis même nous musarons
médusés, bettelouriques,
la betterave…"
Je dédie ce recueil à tous ceux qui m’ont permis d’approcher et de comprendre la betterave à sucre, je le dédie à la sueur humaine qui s’est insérée en elle, je le dédie aux hommes et aux femmes qui l’ont arrachée, qui en ont fait sucre, je le dédie à ce monde méconnu des planteurs, des râperies (déjà disparu) et des (…)

Oratorio pour les charitables de Bénédicte lefeuvre

1er mai 2012

Oratorio pour les charitables de Bénédicte lefeuvre

"J’ai reçu la griffure
du soleil d’hiver
marché
à pas de lune
sur la poussière
des mots
Le vent
inconsolable
a dressé un mur
murmure perçu
dans l’absence
de ceux qui s’effacent
toujours
trop tôt"

Saule abattu de Philippe Fumery

1er janvier 2012

Saule abattu de Philippe Fumery

"Et ce cri
que poussent les goélands
à grands coups d’ailes,
à l’image de l’effort déployé
la taille de l’espace à affronter,
lâché
tel qu’il nous parvient
renvoyé
en bout de course
déformé
porté abîmé par le vent
les rafales."

L'Eldorado de la Méduse de Jean-Michel Delambre

1er janvier 2012

L’Eldorado de la Méduse de Jean-Michel Delambre

"Les premières pages lues, je ne crois pas qu’on puisse lâcher le livre : on est retenu par cette voix qui dit l’espoir et la détresse d’hommes jetés en contrebande sur les routes par la guerre ou la misère, livrés aux déserts, aux tempêtes, aux passeurs, et qui trouvent parfois en chemin leur destin, un peu de la terre où ils sont nés dans une poche. […]"
Extrait de la préface de Gérard (…)

Souvenirs à vif (Haïti)

1er novembre 2011

Souvenirs à vif (Haïti)

"Le poème est comme un esquif attaqué de toutes parts par la nuit et la mort.
Il est une île lumineuse, un îlot."
Claude Mouchard

Petits poèmes sur leur trente et un… et plus de Mario Urbanet

1er novembre 2011

Petits poèmes sur leur trente et un… et plus de Mario Urbanet

"un jour en sortant de l’école
le mot rencontra la parole
ils s’épelèrent et puis se plurent
enfin chemin semant ils eurent
beaucoup de petites phrases
un conte venu du Caucase
quelques très beaux poèmes
et même un savant théorème"

Vers et contrevers d'Arlette Chaumorcel et Patrice Houzeau

1er novembre 2011

Vers et contrevers d’Arlette Chaumorcel et Patrice Houzeau

Ce travail a quelque rapport avec le jazz. C’est de l’acrostiche, si tu veux. Du contrevers, comme j’ai pris l’habitude de nommer cette façon qui est mienne d’écrire, d’improviser même, bien que je rature, tâtonne et me repente, à partir de ce qui me plaît d’un texte l’autre, d’un recueil l’autre, d’un auteur l’autre.
Patrice Houzeau

Cabinet de société

1er octobre 2011

Cabinet de société

(Récits)
aux saints Lagarde et Michard
"…une sorte d’épopée avec, comme héroïne
principale, la littérature.” (Jean Le Boël)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.