Histoires naturelles

de Jules Renard

Histoires naturelles

Illustrations Jean-François Martin

Dans ses Histoires Naturelles, Jules Renard dessine avec humour et poésie un portrait de la faune et la flore qui l’entourent. Le titre fait d’abord songer à un ouvrage savant, mais le pluriel est là pour nous rappeler que ce sont bien des histoires que l’on nous raconte ; il ne s’agit pas ici de l’œuvre d’un scientifique, mais de celle d’un écrivain au regard singulier, au cœur tendre et à l’esprit vif. Jules Renard observe, et cette observation se teinte tour à tour de bienveillance, d’ironie, de cruauté parfois, de bonté toujours. Ces tableaux vivants évoquent, en creux, le rapport riche et complexe que l’homme entretient avec l’animal…

C’est aussi ce sens aigu de l’observation qui transparaît dans les illustrations de Jean-François Martin, qui s’est inspiré de l’univers de Jules Renard pour nous livrer le sien propre, émouvant et drôle, nostalgique et poétique…

L’occasion de découvrir ou redécouvrir un auteur à la langue et l’esprit indémodables, et un illustrateur à l’écriture unique.

Lire un extrait

Jules Renard, écrivain et auteur dramatique français, a notamment écrit le célèbre Poil de Carotte.

Jean-François Martin a effectué ses études à Olivier de Serres, avant de travailler en tant que directeur artistique puis illustrateur. Il fait partie du collectif de graphistes « Deux oeufs bacon p’tites patates ».

Paru le 9 novembre 2016

Éditeur : Grasset Jeunesse

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.