Hommage à Baudelaire et Marie Noel

Colette Nys-Mazure

Baudelaire (1821-1867) et Marie Noel (1883-1967)

Oserais-je dresser un tombeau double pour ces poètes que tout semble opposer ? Folie d’allier l’eau et le feu ! Cependant l’un et l’autre m’enchantent et me fécondent.
Un homme ténébreux, une femme de joie, mais aussi un homme de plaisir et une femme de désert. L’un comme l’autre ont connu le vertige du mal ; ils aspirent à l’Idéal mais lui, en opposition au Spleen, elle en foi ardente et ardue. Ils sont au monde, tous sens dehors : chez lui, l’odorat en priorité, chez elle, l’oreille musicienne. Oui tout les sépare, mais la poésie les rassemble et donne à leur vie si brève pour l’un, si obscure pour l’autre, une splendeur et un héritage hors du commun.
Alors je suis là, mots à la bouche, fleurs à la main, sur le faîte de leur demeure dernière : Je n’ai jamais eu de maison mienne, avoue l’une, tandis que l’autre décrit à l’aimée le terme du voyage auquel il la convie :Des meubles luisants/ Polis par les ans,/ Décoreraient notre chambre
Entends ma chère, entends la douce Nuit qui marche chuchote l’un, alors que l’autre tisse ses chansons autour des heures : Conduis-moi lentement seul à travers les choses,/Le long des heures tout à tour brunes et roses.
J’ai longtemps habité sous de vastes portiques entonne Baudelaire, et Marie Noël murmure J’ai vécu sans le savoir,/Comme l’herbe pousse…
Affronter, confronter des fragments, quel intérêt ? Seule m’importe la force du verbe qui me poétise. A cette double source, je vais boire quotidiennement. Et l’eau étincelle dans le creux de ma main avant de nous rafraîchir.

Poème
de l’instant

Krzysztof-Kamil Baczyński

Érotique

Dédicace :

Un jour – pour qui languit : un siècle.
Un geste – et c’est le défilé des ouragans.
Un pas – ce que tu es, tout juste.
À chaque heure – un esprit dans la cendre guettant.

2 février 1942

Krzysztof Kamil Baczynski, « Érotique », Traduction de Roger Legras, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.