Horizon Carré / Horizonte cuadrado de Vicente Huidobro

édition bilingue

Dans l’Horizon Carré (1917), le premier de ses livres écrit en français, Huidobro réussit à atteindre ce que deviendra sa personnalité poétique. En effet, de bonne heure Huidobro propose de dépasser la réalité empirique et ’esthétique imitative par un art de créativité, auteur de sa propre verosimilitude suivant ses lois internes qui autonomisent l’objet. Le poète humanise les choses, les rend intimes, l’indécis se précise, l’abstrait devient concret et le concret abstrait, en changeant la valeur usuelle des objets pour en créer des nouveaux. Poème créé, équivaut à fait nouveau, indépendant du monde extérieur. Huidobro est le premier hispano-américain qui se propose de libérer le texte du prétexte, le produit du processus productif narratif, le « fait » de débris anecdotiques et descriptifs.

Paru le 1er décembre 2002

Éditeur : Indigo et côté femmes

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.