Hospitalité des gouffres

Auteur : Réginald Gaillard

Hospitalité des gouffres

Comme l’écrit Jean-Yves Masson dans sa préface, ce 3e recueil de Réginald Gaillard mène le lecteur en profondeur dans les abysses humaines, non pas de l’introspection, mais plutôt de la plongée en eaux profondes et rédemptrices : « Ce n’est pas que par elle-même la poésie surmonte l’épreuve ou en diminue la gravité, mais elle est là pour dire au malheur : “Tu ne me réduiras pas au silence. Tu n’auras pas le dernier mot”. » C’est bien à cette aspiration du jour nouveau, de l’homme nouveau, de cette traversée de la vie, de ses désirs et de ses morsures, que le lecteur est amené comme un enfant dans cette poésie de l’ouverture :

Vienne le jour nouveau qui efface la nuit et que disparaisse enfin le doux tumulte

des voix fausses, car elles égarent l’esprit, instaurent le règne d’un silence funèbre ;

Paru le 4 novembre 2020

Éditeur : Ad Solem

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

L’énergie vagabonde

Quand un cheval de Troie entre dans une ville, porteur d’un virus qui affole les esprits et paralyse les corps, on a intérêt à emprunter les seules portes encore ouvertes : celles de la poésie.

Sylvain Tesson, L’énergie vagabonde, Robert Laffont, 2020.