Ici Londres, de Vincent Cuvellier et Anne Herbauts

Ici Londres, de Vincent Cuvellier et Anne Herbauts

L’avis de Ricochet

Il faut souligner la récente parution de cette belle réalisation à mi-chemin entre fiction et documentaire. La Seconde Guerre mondiale est abordée de façon poétique avec des illustrations qui donnent de la saveur à quelques phrases codées, diffusées sur Radio Londres au début des années 1940. Grâce au talent d’Anne Herbauts qui sait créer des univers symboliques, des paysages épurés où chaque élément est pensé, les petites phrases énigmatiques de la radio délivrent de vraies histoires. Pour lier tout cela, un fil rouge : des ronds qui ont la forme et la couleur de cerises et de bien d’autres choses selon les phrases. Les images défilent devant nos yeux comme elles défilent dans la tête du petit garçon imaginé par Vincent Cuvellier. L’écrivain met en scène un enfant qui écoute les messages, planqué sous un tas de bois. Il voit son père et ses amis être attentifs à la voix inconnue de la radio, et effectuer des sorties nocturnes jusqu’au moment où la Libération se profile. Un CD accompagne l’album, redonnant vie à un passé historique grâce aux archives sonore de l’INA. Un document encarté dans l’ouvrage apporte les informations nécessaires pour comprendre le sens de ces messages et le contexte historique. Complet et original.

Pascale Pineau

Paru le 1er janvier 2009

Éditeur : Le Rouergue

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.