Il neige dans la nuit et autres poèmes

de Nâzim Hikmet

Il neige dans la nuit et autres poèmes

Édition et trad. du turc par Münevver Andaç et Güzin Dino. Préface de Claude Roy, postface de Güzin Dino
Suivi d’une évocation par Abidine

Nâzim Hikmet, partout célébré comme l’un des plus grands poètes de ce siècle, est aussi l’un des témoins majeurs des tourmentes, des révolutions, des tragédies et des combats de son temps. Treize années passées dans les prisons turques, avant de connaître l’exil, ont fait de lui un symbole, un porte-voix. Mais ce profil militant, loin de limiter l’espace de son œuvre poétique, en assure au contraire l’élan, la vérité, la force. C’est qu’à la sincérité d’un engagement, à la générosité qui est chez lui une seconde nature, Hikmet ajoute la simplicité et la grâce : sa poésie traduit comme aucune autre, dans une langue directe, étonnamment pure, le rayonnement et les souffrances d’un destin individuel qui ne se tient jamais à distance des aventures collectives ni des sources de la mémoire populaire.
Poète banni (l’État turc a attendu 1993, soit trente ans après sa mort, pour le réhabiliter), Nâzim Hikmet ne fut pourtant pas un poète maudit. Censurés dans son pays, ses poèmes ont couru le monde et rencontré un immense écho. Cette anthologie propose un parcours d’ensemble dans une œuvre multiforme qui conjugue pièces lyriques, notations véhémentes, instants saisis au vol, élégies et vastes fresques épiques. La poésie de Nâzim Hikmet, sans jamais céder à la grandiloquence, participe d’une ambition immense : changer l’ordre des choses en changeant l’image qu’on en donne.

Paru le 23 mars 1999

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.