In Vivo de Marianne

In Vivo de Marianne

Je me laisse pousser les dents, les bras, la langue
et les oreilles.
Je laisserai ma mâchoire s’ouvrir dans ce craquement
que tu entends déjà ;
jusqu’à ce que ma bouche saigne,
jusqu’à ce que mon palais se déchire,
au son de cette toile que l’on découpe à mains nues ;
jusqu’à ce que ma glotte élastique se tende,
jusqu’à céder,
avec ce bruit de fouet que tu entends claquer
jusqu’à ce que mes cordes vocales s’étirent,
s’étirent jusqu’à s’entortiller
tout autour de mon cerveau
jusqu’à ce qu’il explose d’être trop serré
au creux de ce crâne…

Paru le 1er juin 2013

Éditeur : Unicité.

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Jacques Ancet

La dernière phrase

Il n’y a ni drame ni déchirure.
On dirait dans le jour un infime
vertige. Rien ne change mais tout
vacille. ce qu’on voit, on le voit
comme s’il venait de s’absenter
et que chaque objet portait encore
une trace de ce qui s’éloigne.
Un peu de chaleur avant le froid.
Une attente qui n’attend plus rien.

Jacques Ancet, La dernière phrase, Frontispice de Paul Hickin, Éditions Lettres vives, 2004.