Institut Culturel de Solenzara

Contact

134, rue du Lieutenant-Colonel de Montbrison

92500

Rueil-Malmaison

<i>Non, le poète ne peut pas mourir</i>

1er mars 2011

Non, le poète ne peut pas mourir

"Colombe, douce colombe,
Pose tendrement tes pattes roses et fragiles
Sur l’herbe qui pousse
Sur la terre légère de cette tombe !
C’est là, colombe élégante, c’est là
Que dort à présent le Poète
Jaime Choque Mata,
La voix la plus pure,
La voix la plus cristalline de Bolivie !"

<i>Fleurs et âmes</i>

1er novembre 2010

Fleurs et âmes

"L’écume des roses dentelles
Les rires en filigrane, l’écume des roses dentelles,
Le détachement des gestes, les lèvres héraldiques,
Des poses ensorcelantes et des portraits antiques,
L’oublie du temps qui passe comme le soupir d’une aile !"

<i>Chants monodiques</i>

1er octobre 2010

Chants monodiques

Deuxième édition
"50.
Le temps nous a aimés et nous aimâmes le temps
En qui jaillissent les roses, les livres et la vie,
La mort qui nous protège, l’extase qui nous envie,
La mémoire, l’oubli et le prestige des chants"

<i>Ode à che Guevara</i>

1er juin 2010

Ode à che Guevara

<i>Vovatchka</i>

1er novembre 2009

Vovatchka

"Pauvre, pauvre, pauvre Vovatchka ! Trois fois pauvre ! Mais j’aurais pu dire cent fois, mille fois, un million de fois pauvre Vavotchka ! Car Vovatchka était réellement à plaindre, tant il était triste et malheureux, ce jeune garçon de dix ans !" […]

<i>De la Divine Poésie</i>

1er novembre 2009

De la Divine Poésie

"Évanescence
A Todd
La mer, l’air d’or, la brise, le Livre absolu
De ton sourire où l’Ange dépose l’éternité !
Ton âme épanouie, ton corps vêtu d’été
Et ce silence du cœur comme un poème non lu !"

<i>Douces clairvoyances du cœur</i>

1er novembre 2008

Douces clairvoyances du cœur

"De l’autre côté du mur chante une femme,
Mélodie de bonheur dans une ville déserte".

<i>Lumière dans la lumière]

1er juin 2008

Lumière dans la lumière]

"Resplendissement des formes ! Frisson herméneutique,
Génie supérieur, ordonnateur de grâce
Faisant de tant d’objets un dialogue fugace,
Un conte halluciné, un livre féérique."

<i>Anamèses</i>

1er octobre 2006

Anamèses

"Repos
Seul avec les cyprès,
Au loin quelqu’un chante
Et sa voix est la dernière barque
Qui part
Vers l’autre rive de la vie."

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse)

Il arrive fréquemment que les hommes aient peur des chevaux. Certains jouent les indifférents, d’autres ne cachent pas leur inquiétude. Pégase, le cheval divin, avait des ailes d’ange à faire peur. Incitatus avait une écurie de marbre, une mangeoire en ivoire, à faire peur. Sur la tombe de son cheval, Alexandre fonda la ville de Bucéphalie et provoqua peur et questionnement. Mais là, là, dans ce champ jaune, il s’agit de retourner les terres les plus empierrées, car tout le monde ne possède pas encore son Massey Ferguson. Auquel on ne prête ni ailes ni ombres.

Jean-Louis Rambour, 33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Cahiers du Loup bleu, Les Lieux-Dits, 2020.