J’ai un très bon copain qui s’appelle Blumberg

J’ai un très bon copain qui s’appelle Blumberg. Tache de
rousseur, cheveux crépus, parents russes exilés. Il habite au
40, rue d’Auteuil.
Je suis toujours fourré chez lui et lui chez moi. Parfois sa
mère fait du bortsch. Un bortsch de compétition. Blumberg
me connaît par cœur : quand je suis triste, il est triste. Il me
voit arriver, blême.
- Qu’est-ce qui t’arrive, t’as un problème ?
Là, je fonds en larmes.
fait du bien parfois.

BERTRAND BLIER
Fragile des bronches
Éditions Seghers / 2022

Poème
de l’instant

Isabelle Baladine Howald

Fragments du discontinu

Je soliloque

la voix n’est pas ce que j’oublie
la voix dans mon oreille
cet objet de désir la voix

voix d’autre voix de toi
unique et que je ne peux caresser

Isabelle Baladine Howald, Fragments du discontinu, Éditions Isabelle Sauvage, 2020.