Je meurs comme un pays de Dimítris Dimitriádis

texte original en grec traduit par Michel Volkovitch

Qui n’a pas vu des gens mourir sur les routes martelés par une main invisible ne peut comprendre ce que représente, ce qu’est la mort d’un pays, pas plus que celui qui n’a pas senti son propre corps inexistant, inemployé, injustifié, insignifiant, indésirable, inassouvi, sa fameuse force motrice interrompue, rompue, coupée du feu intestin de l’émotion.

"S’il y a un héros dans ce livre apparemment sans personnage, c’est sans doute le langage, les mots, dont on exalte ici le pouvoir, capables qu’ils sont de "brûler la langue à jamais". Et plus précisément la langue grecque, dont on voit défiler, comme dans un fleuve en crue, des débris arrachés à toute son histoire, à tous ses registres - sans que l’on sache s’il s’agit là, comme l’annonce le texte, d’un ultime feu d’artifice avant sa disparition, ou au contraire, d’une démonstration de richesse et de vie renouvelées."
M. Volkovitch

Paru le 1er octobre 2005

Éditeur : Les solitaires intempestifs

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.