Je ne suis pas un oiseau

Auteur : aNNe herbauts

Je ne suis pas un oiseau

Entre écriture poétique et recherches graphiques, Je ne suis pas un oiseau aborde et joue sur la question du sens des mots et de la représentation de la migration, du déracinement, de la dignité, du fatum, de la destinée imposée par les catastrophes et les guerres. Bien que le sujet soit ancré dans l’actualité, Anne Herbauts lui donne un sens très large, et non connoté ou lié à des évènements précis. Le livre porte la question du sens, du regard et de la définition que l’on pose sur la migration, par ce refrain, presqu’une comptine : je ne suis pas un oiseau.

Je ne suis pas un oiseau devient, par sa répétition et sa simplicité, un cri. Le jeu des images recomposées, décomposées et mises face au texte qui semble anodin, vient décaler la lecture du texte et amener plusieurs sens et strates d’écriture.

L’auteur fait entrer en résonance des références à l’image et à la représentation à travers l’Art dans l’Histoire. La lecture devient dense, multiple. On ne peut résumer le monde, l’humanité et ses mouvements, simplement. Elle met en lumière, par son écriture etntre texte et image, le pouvoir des mots, du sens et du jugement par lequel un mot peut enfermer.

Une forme poétique sobre, presque une chanson, permet à Anne Herbauts d’aborder avec recul, entre chanson et tristesse, le sujet grave de la migration.

Paru le 1er mai 2019

Éditeur : Esperluète Editions

Genre de la parution : Jeunesse

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.