Journal

Alain Serres

Quand le journal froissé,
et ses yeux de papier
noircis de l’encre
des pauvres mots du jour
eux aussi froissés,
très froissés,
les yeux, les mots,

quand le journal déchiqueté,
aveuglé, et son sourire narquois
et sa bouche tordue
de ses interminables aveux,

quand le journal mis en pièces
puis en boule,
dense comme une souche,

quand le journal dur,
revient

à l’état d’arbre

et qu’il refait refait des feuilles,

il découpe à nouveau
des sourires purs et pâles,
dans l’espace des hommes qui le croient
puisqu’ils le voient.

Ils le voient.

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.