Journée de rencontre - mardi 21 janvier 2020

Le Printemps des Poètes invite les organisateurs qui imaginent – ou seraient tentés de le faire à l’avenir – des événements, dans le cadre de la manifestation nationale du mois de mars, à une journée de rencontre et d’échanges.

La journée sera consacrée à la 22e édition du Printemps des Poètes, qui aura Le Courage pour emblème.

Programme :

  • 9h45 : Accueil
  • 10h - 12h30 : Présentation des anthologies des Éditions Bruno Doucey & des Éditions Le Castor Astral en compagnie de Bruno Doucey accompagné de Thierry Renard et de la poète Caroline Boidé et de Jean-Yves Reuzeau accompagné des poètes Alexandre Bonnet-Terrile, Seyhmus Dagtekin, Linda Maria Baros et d’Éric Poindron.
  • 12h30 - 14h : Temps libre
  • 14h - 15h : « Le Courage » par Fabrice Midal, philosophe, spécialiste des violences du quotidien et auteur de Pourquoi la poésie ? (Pocket/agora)
  • 15h - 16h : Échanges autour de la 22e édition du Printemps des Poètes en compagnie de Sophie Nauleau.


Informations pratiques :

  • Journée gratuite, sur inscription obligatoire. À l’issue de la journée, il sera possible de demander une attestation de présence.
  • Pour vous inscrire, merci d’adresser un courriel à l’adresse suivante : reservation@printempsdespoetes.com
    Veuillez y préciser les éléments suivants :
    • Nom, prénom
    • Courriel
    • Téléphone
    • Profession
    • Structure ou institution que vous représentez

Accès :

Bibliothèque de l’Arsenal – 1 rue de Sully 75004 Paris – métro Sully Morland (ligne 7).



Poème
de l’instant

Jean-Pierre Verheggen

Courage / Courrèges

Rappelons-nous que la poésie se niche aussi
dans les voisinages, tant congrus qu’incongrus,
- voire crus ! - de mots parfois peu congénères
qui sommeillent dans le même dictionnaire !
Qu’on les réveille et voilà le substantif courage,
apparemment sans cousinage avec la poésie,
qui soudain s’accoquine, de manière inattendue,
avec André Courrège, le grand couturier,
inventeur , dans les années 60 de la jupe-culotte
qu’osèrent porter en rue de courageuses femmes
prêtes à affronter les quolibets, les regards
lubriques, les injures et autres harcèlements
machistes d’effrontés « passant qui passent »

Saluons donc, aujourd’hui plus que jamais,
ces « hirondelles printanières », ces militantes
avant-gardistes qui n’hésitèrent pas -ô avril ! -
« à se découvrir d’un fil » pour défendre

la Beauté et la Liberté poétique de leur corps !

Jean-Pierre Verheggen « Courage / Courrèges », inédit pour le Printemps des Poètes 2020