Jours obscurs

Jean-Claude Pirotte

l’ours m’approche et me regarde
je dois me tenir sur mes gardes
il me parle je comprends mal
on dirait que c’est du flamand
ma foi quel drôle d’animal
il s’approche d’un air pincé
voici qu’il s’exprime en français
enfin maintenant je l’entends
me demandant en s’inclinant
mais où sont les neiges d’antan

Jean-Claude Pirotte, 1939-2014, Jours obscurs / le cherche midi éditeur / 2017.

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse)

Il arrive fréquemment que les hommes aient peur des chevaux. Certains jouent les indifférents, d’autres ne cachent pas leur inquiétude. Pégase, le cheval divin, avait des ailes d’ange à faire peur. Incitatus avait une écurie de marbre, une mangeoire en ivoire, à faire peur. Sur la tombe de son cheval, Alexandre fonda la ville de Bucéphalie et provoqua peur et questionnement. Mais là, là, dans ce champ jaune, il s’agit de retourner les terres les plus empierrées, car tout le monde ne possède pas encore son Massey Ferguson. Auquel on ne prête ni ailes ni ombres.

Jean-Louis Rambour, 33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Cahiers du Loup bleu, Les Lieux-Dits, 2020.