Juste le provisoire

Auteur : Christian Viguié

<i>Juste le provisoire</i>

Après La dure lumière, prix Artaud, l’auteur nous livre sa méditation sur le "juste effleuré", "le juste provisoire", dans ce profond et humain désir de durer "entre l’éblouissement et le hasard".
Ecriture/beauté : la seule mesure du possible. Ecrire "pour différer le slence/pour donner la chance/aux pas de l’homme/ ou à l’oiseau".

Extrait :

Annuler les preuves du réel
pour mieux le saisir
assumer mystérieusement
notre part de rêve
Tout regard est d’abord
le reflet
de ce que nous n’avons pas dit.

Paru le 5 janvier 2004

Éditeur : Rougerie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.