Juste le provisoire

Auteur : Christian Viguié

<i>Juste le provisoire</i>

Après La dure lumière, prix Artaud, l’auteur nous livre sa méditation sur le "juste effleuré", "le juste provisoire", dans ce profond et humain désir de durer "entre l’éblouissement et le hasard".
Ecriture/beauté : la seule mesure du possible. Ecrire "pour différer le slence/pour donner la chance/aux pas de l’homme/ ou à l’oiseau".

Extrait :

Annuler les preuves du réel
pour mieux le saisir
assumer mystérieusement
notre part de rêve
Tout regard est d’abord
le reflet
de ce que nous n’avons pas dit.

Paru le 5 janvier 2004

Éditeur : Rougerie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Matthieu Messagier

post-verbum aux demains sans tutelles

la plupart des manèges et la nuit a tardé
dessus les restes hasards de sueurs nouvelles nées
et dès que les rôles emportent les légendes
là où les sons obtiennent le fard à déprendre
sur les voiles de larmes encore rugueuses
que le parage a abandonné derrière lui
des papillons de nuit aux teintes obscurantes
pour ce que leur vie arrête en ce royaume
soudain allument de biais sans que l’os y consente
les us inespérés de mondes en dense et séculiers
et les dés à découdre du moins résolvent les passés
et au chas des jeux de pôles se faufilent d’autres étés
si l’écho des odes après-voir offre la merveille
même surgie d’ailleurs où l’âme se porte sans appareil

inédit pour le Printemps des Poètes