Juste le provisoire

Auteur : Christian Viguié

<i>Juste le provisoire</i>

Après La dure lumière, prix Artaud, l’auteur nous livre sa méditation sur le "juste effleuré", "le juste provisoire", dans ce profond et humain désir de durer "entre l’éblouissement et le hasard".
Ecriture/beauté : la seule mesure du possible. Ecrire "pour différer le slence/pour donner la chance/aux pas de l’homme/ ou à l’oiseau".

Extrait :

Annuler les preuves du réel
pour mieux le saisir
assumer mystérieusement
notre part de rêve
Tout regard est d’abord
le reflet
de ce que nous n’avons pas dit.

Paru le 5 janvier 2004

Éditeur : Rougerie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997