K’A

dccrober@infonie.fr

Contact

161 rue de Lyon

13015

Marseille

6 poèmes pour des lettres envolées de Carpanin Marimoutou

1er janvier 2014

6 poèmes pour des lettres envolées de Carpanin Marimoutou

Le souffle du vent
poubelles de nuit
le souffle du vent dans les poubelles la nuit
le vent glacé
la mer la nuit
le vent glacé sur la mer le nuit
glaces du sud
vers nous la nuit
les glaces du sud remontent vers nous la nuit
le sud dans mes rêves
les visages de la nuit (parfois)
le sud dans mes rêves se pare des visages de la nuit (parfois)
mes rêves sans toi
autour de la nuit
mes rêves sans toi errent autour de la nuit
toi toi
la nuit la nuit
et toi dans quelle nuit (…)

D'île en Ile

1er janvier 2010

D’île en Ile

…L’enfance d’un fils de petit colon ; la misère, l’exploitation, le mépris, la faim, la boue, l’enfermement, l’absence d’éducation. Comment l’État français colonial et postcolonial, relayé par ses proconsuls - et il ne s’agit pas seulement des gouverneurs et des préfets dont la liste nous est aimablement fournie par André Robèr -, aidé avec ferveur par ses supplétifs locaux -gros propriétaires fonciers, capitalistes de l’import-export et de la grande consommation, entrepreneurs ne dépendant que de la (…)

Les 20 ans de Radio Libertaire

20 novembre 2009

Les 20 ans de Radio Libertaire

2O poètes en direct pour cet anniversaire
Vendredi 13 novembre 2009, par André Robèr

Bye bye la perf

13 novembre 2009

Bye bye la perf

Julien Blaine a publié aux éditions K’A "Live Julien" Blaine en chair et en os CD Poésie du troisième millénaire N°1 La 5ème feuille CD Poésie du troisième millénaire N°2 Bye bye la perf avec Etienne Brunet CD Poésie du troisième millénaire N°4 Last festival DVD Bye bye la perf DVD

Un ours sous les tropiques

1er janvier 2008

Un ours sous les tropiques

Andrè Robèr est né en 1955 à la Plaine des Palmistes Larénion. Peintre, poète, éditeur il expérimente aux frontières du plastique et de la langue.
Longtemps j’ai cru chausser du 42
Arrivé en France en 1974 par un beau mois d’avril, il a fallu se chausser,
puisque cela se fait paraît-il. On doit s’acclimater à la civilisation qui
vous accueulle, en prendre quelques signes.
Fallait des chaussures, fallait une pointure
"42" dis-je
Le résultat ne se fit pas attendre.
Mes pieds s’abîmèrent très vite à (…)

Rougay le mo

1er janvier 2008

Rougay le mo

Ce recueil propose des textes hétérogènes, dans leurs formes, leur langues, la connaissance dont jouissent leurs auteurs. Pourtant, on entendra ici une parole se tisser en échos : celle d’une poétique réunionnaise qui interroge sa pluralité linguistique et culturelle, son histoire tourmentée, son rapport au lieu, à l’île. Le français et le créole y entretiennent une relation résolument moderne qui, plus que jamais, montre que la littérature réunionnaise se construit dans la négociation de ses deux (…)

Carnets de retour au pays natal

1er janvier 2002

Carnets de retour au pays natal

Éloge de la passivité
Éloge de la passivité
tes tissus adipeux redondants
domine ta personne
antithèse de l’initiative
l’indifférence que tu accordes au monde extérieur
limite le développement des synapses
qui traîneraient éventuellement dans ta tête
que c’est difficile un humain
quand on en a juste l’apparence
comme pour prouver ton existence
tu multiplies par dis
tes capacités (…)

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.