L’Animal imaginaire

Auteur : Valère Novarina

L'Animal imaginaire

Avons-nous oublié que nous étions aussi des animaux ? Que notre aventure est celle de l’animal parlant ? Dans ce nouveau texte dédié au théâtre, et qui ne se veut pas simplement le livret d’une pièce, Valère Novarina nous fait assister à la mise en espace de la parole humaine. « C’est un livre, écrit l’auteur, où les sons viennent se croiser et renaître. Il procède de la touche, de la retouche, du repentir. Et en cela il imite, poursuit mon travail de peinture : retrouver une toile d’il y a 12 ans, la faire pivoter d’un quart de tour, et la poursuivre autrement. »
« L’Animal imaginaire » voyage parfois dans des textes anciens : les reprend à l’envers, les déplace. C’est vers ce jeu de toutes choses dans l’espace, ces aventures plurielles, cette profonde forêt d’écho que le livre tend.
L’Animal imaginaire sera créé au théâtre, par l’auteur lui-même, le 20 septembre 2019 dans la grande salle du théâtre de la Colline à Paris, pour 20 représentations. Avec notamment Dominique Parent, Christian Pacoud, Agnès Sourdillon… Tournée en novembre à Bayonne ; décembre Villeurbanne ; janvier Sète, etc.

Paru le 9 septembre 2019

Éditeur : POL

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Évariste de Parny

Poésies érotiques

Enfin, ma chère Éléonore,
Tu l’as connu ce péché si charmant
Que tu craignois, même en le désirant ;
En le goûtant, tu le craignois encore.
Eh bien, dis-moi ; qu’a-t-il donc d’effrayant ?
Que laisse-t-il après lui dans ton âme ?
Un léger trouble, un tendre souvenir,
L’étonnement de sa nouvelle flamme,
Un doux regret, et surtout un désir…
… Moments délicieux, où nos baisers de flamme,
Mollement égarés, se cherchent pour s’unir !
Où de douces fureurs s’emparant de notre âme,
Laissent un libre cours au bizarre désir !

Évariste de Parny, Poésies érotiques, 1778.