L’Enterrement à Sabres

Auteur : Bernard Manciet

<i>L'Enterrement à Sabres</i>

Édition bilingue (occitan-français)
Préface de Jacques Roubaud

Un grand poète de langue d’oc, qui revendique sa sonorité gasconne, fait son entrée en Poésie/Gallimard. Nul doute que Bernard Manciet aurait considéré cette publication comme une effraction salutaire et joyeuse.
L’Enterrement à Sabres n’est pas seulement un témoignage. C’est une preuve de la langue gasconne. Il en met en évidence tous les caractères : sa phonétique et sa syntaxe, bien sûr. Mais, plus profondément, tous les registres de la langue sont convoqués : le sublime et le dérisoire, la ratiocination abstraite comme le concret le plus terre à terre, l’archaïsme autant que l’extrême contemporain. Il ne se contente jamais d’un vague lyrisme empesé. Et sa langue n’est pas une langue du passé. Elle doit pouvoir parler de tout ce qui est, est aujourd’hui. Elle montre qu’elle le peut. Dès le commencement de la lecture on sait qu’on a affaire à une œuvre majeure. On sait que Manciet le sait. Il s’est lancé dans la composition avec orgueil, sans hésitation mais sans ostentation. Et il a tenu son pari.

Paru le 1er septembre 2010

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.