L’Épée et la flûte

Bernard Mazo

À Mahmoud Darwich

On est passé de l’autre côté du mur
sans vraiment s’en apercevoir

Ici tout est gris
sous le ciel bas

Ici au cœur de ce champ de ruines
où ne chante plus la flûte des ancêtres
ni le vent muet à travers les figuiers
l’espérance est exsangue

Ici les enfants se terrent
sous les décombres

Ici à Gaza
rien ne bouge
rien ne respire

que le vent aride du désert
et cette lourde odeur de mort.

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.