L’Officine

Contact

45 rue des petites écuries

75010

Paris

Jacques Prevel ou la dérive vers l’absolu

1er novembre 2001

Jacques Prevel ou la dérive vers l’absolu

aucun terme autre que "poète maudit" ne saurait mieux qualifier Jacques Prével (1915- 1951), héritier de Ruteboeuf, Villon, Baudelaire et Corbière.
Comme eux, il a connu une existence chaotique, faite d’errance, de pauvreté et de maladie. sa vie fut une folle recherche d’un absolu qu’il a tenté d’atteindre par l’écriture. Consumé par un feu intérieur et rongé par une tuberculose pulmonaire, il s’est éteint à trente-six ans, usé prématurément par les exigences qu’imposait une telle (…)

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.