L’amande intérieure de Gilles Plazy

La poésie est l’impossible du langage, chacun s’y heurtant la glotte, mais une voix tente de tenir parole, au plus juste, et d’ouvrir un dire intime à l’air du large. L’amande intérieure a été précédé par quatre recueils de poèmes, désormais à considérer comme des brouillons, dont témoignent quelques bribes ici recueillies.
Écrivain et plasticien, Gilles Plazy, né en 1942, est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages (poésie, fiction, essais, documents) parmi lesquels, à La Part Commune, L’Incognito de Douarnenez (Georges Perros), Cézanne qui n’existe pas et Julien Gracq, en extrême attente. Il vit et travaille à Paris et à Trégunc (Finistère).

Paru le 1er juin 2008

Éditeur : La Part commune

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Coplas

Où va donc ce chemin ?
- Ce chemin ne va pas :
ce chemin reste là,
à l’endroit où il est.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.