L’art n’est rien de Zéno Bianu et André Velter

André Velter Zéno Bianu

« L’art n’est rien s’il n’est pas cet appel du large. L’art n’est rien s’il cède un seul arpent de son cœur. L’art n’est rien s’il n’est pas le ferment d’une république de l’esprit. L’art n’est rien si nous oublions la raison pour laquelle Alice a suivi les entrelacs foisonnants du lapin blanc. L’art n’est rien s’il délaisse le fil bleu-rouge du Grand Jeu, entre fil d’Ariane et fil du rasoir ».

André Velter et Zéno Bianu,
Prendre feu, Éditions Gallimard, 2012, p.21

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.