L’aura du blanc

Auteur : Béatrice Libert

<i>L'aura du blanc</i>

Ouvrir un livre comme on se regarde
Dans le miroir matinal
Non pour se contempler
Mais pour se reconnaître inquiète à l’idée
De s’être trompée d’écorce ou de coeur

Le matin remue comme un oiseau
Bouche bleue du ciel au bec de l’aube

Tu t’es abandonnée
Le livre entre tes mains
Reçut comme héritage
Le récit d’un voyage
Que tu ne fis jamais

Les lampes ont éclairé nos vies
Comme des anémones de passage

Assise entre deux phrases
Tu cherches un équilibre
Seul y pourvoit ce jardin-poème
Où les parfums agitent
Leurs glyphes renaissants

Au seuil de quel horizon
Poser sa lampe ?

Paru le 1er mars 2016

Éditeur : Le Taillis pré

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.