L’écaille du serpent d’Anne Peslier

Anne Peslier vit à Laval. On la retrouve régulièrement au sommaire de la revue La Passe. L’écaille du serpent est son premier recueil publié.

« C’est assez d’arrondir les gestes / à la moindre vilaine pensée / tirer les songes la larme à l’œil comme la bête // là au coin des lèvres // encore le silence des mines à table / les bouches empreintes de fruits domestiques »

Paru le 1er octobre 2007

Éditeur : Wigwam

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Amphitryon

L’attente d’un retour ardemment désiré,
Donne à tous les instants une longueur extrême ;
Et l’absence de ce qu’on aime,
Quelque peu qu’elle dure, a toujours trop duré.

Molière, Amphitryon, Acte II, scène 2.