L’échappée belle

L’échappée belle est une maison d’édition fondée en 2010 par Florence ISSAC.
Elle se veut débat et réflexion du monde actuel et combat contre la pensée unique.
Elle comprend une collection poésie, architecture, photographie, nouvelles, danse,
théâtre et bien-être.

La Collection Ouvre-Boîtes regroupe les ouvrages consacrés à la poésie contemporaine française et étrangère.

Contact

14 av des acacias

93170

Bagnolet

Du poète et de la poésie d'Emmanuel Berland

1er décembre 2014

Du poète et de la poésie d’Emmanuel Berland

Maître d’aleph
C’est lors de l’assemblage que l’artiste
se révèle
Il branche l’abécédaire
sur la terre, puis sur le soleil
sur le cirque de montagnes isolées
où cuit son enfance littéralement
versée de l’amphore, années après année
jusqu’à chuchotement complet
du vieil homme sec,
sur le chemin muletier
C’est pour toi que je suis
cette voie de joie…

Blasons du corps féminin

1er juin 2014

Blasons du corps féminin

Ton dos
Ingres s’en fût pâmé l’eût intégré puis il
l’eût saisi sur la toile l’eût exalté mais
sans art il s’offre de lui-même il se soumet
à la main qui s’égare sur cette immobile
étendue hésite devant l’immarcescible
vide ne va-t-il pas se retourner inquiet
d’une ingratitude possible ce n’était
qu’un doux frémissement qui le trahit docile
mais quels mots dire au pied de ce mât de cocagne
l’élan me fait défaut je cherche vainement
la parole qui célébraient la montagne
jusqu’à ce que perdu sur l’arête (…)

Parcellaire d'Hubert Fréalle

1er avril 2014

Parcellaire d’Hubert Fréalle

L’extrait
Et tu me dis ceci
Comme on s’en amuse
Gravement :
Par ton long regard de poète
Et tes rythmes
N’épuisant pas ma passion
À te suivre
Femme améliorée
Femme en découverte
Femme embrassée
Sur toutes pages et plages
JE LE VEUX

Derrière le cri d'Alexandre Lemasson

1er janvier 2013

Derrière le cri d’Alexandre Lemasson

Tu abrites
Aussitôt
l’endroit où le temps délaisse
Dans le mou
Jouisseur
de la pesée
l’instant fraîchement bu
avaler
libère le cou
précaire (…)

Ciel passager de Cécile A Holdban

1er janvier 2012

Ciel passager de Cécile A Holdban

Nocturne
Accorde ta couronne
pain de feuilles qui craque
la vertu douce des mousses jumelles des étoiles
accorde le feu blanc couvant à l’eau des sources
la candeur d’une brèche dan ta tresse des branches
des sèves lentes
monte
la lune
la clarté du repli
aux tourments des racines
balanciers en sous-sols
accorde le manteau
d’une aube tissée de brume,
les fougères,
la soie tombée des (…)

L'aube, après toi d'Anne-Cecile Causse

1er janvier 2012

L’aube, après toi d’Anne-Cecile Causse

Je lui apporterai le soir
pour palper à nouveau
l’endroit où le temps délaisse
où la vie se condense
dans un cœur qui se ferme.
La nuit nous l’a ravi
entraînant dans la perte
un soupçon quant à l’existence de la lumière.

L'air au petit chevalier Les évasions sempiternelles d'Hubert Fréalle

1er janvier 2012

L’air au petit chevalier Les évasions sempiternelles d’Hubert Fréalle

L’extrait
Résignation
Mon cœur brûle, brûle, brûle
et se consume
Toutes les photos rangées au fond du placard
brûlent, brûlent, brûlent
Toutes les lettres tapissant les bords de ma mémoire
sont consumées, consumées, consumées
Le téléphone veille dans un silence morbide
On a emmené le vieux piano désaccordé
Il finira dans un champ, dans la boue d’un orage
Le long d’un cierge se déroule l’instant de toute une vie
un ciret et une boîte d’allumettes
Prendre garde aux fruits moisis
Et rendre à Dieu (…)

A la criée du temps de Pierre Desgranges

1er janvier 2010

A la criée du temps de Pierre Desgranges

Puis sont venus les écorcheurs
pêcheurs des heures vives
aux navires interdits de nom
aux voiles noires écoutes gluées de suif
le temps jeté dans des filets de pêche
vendu en habit de putain morte maquillée
indifférente au râle vrillant la voute
le temps de notre amour vendu à la criée
comme un enfant d’Afrique qui n’y reviendra plus
J’ai couru vers les étals du temps hurlant
les pièces d’étain volaient autour de moi
les marins riaient gras j’ai couru la jetée
puait huile et mensonge j’ai couru (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage