L’étranger et la rose

Auteur : Claudine Helft

De la légende au mythe et du mythe au mystère, L’étranger et la rose est d’abord une histoire passionnelle entre deux peuples fratricides que symbolisent un homme et une femme, "toujours la même et toujours à renouveler".
Seul, l’amour pourra faire tomber les murs-frontières. "Je t’aime et tombent cent mille visages dont un seul est à moi."
Poète et critique, Claudine Helft est l’auteur d’une dizaine de livres dont une trilogie, Le Monopole de Dieu, Métamorphoses de l’ombre et L’infinitif du bleu. Présidente du Prix Louise-Labé, elle est aussi membre de l’Académie Mallarmé.

Collection "Points fixes / Poésie", 80 pages, 13 euros.
ISBN : 2 74910 120 4

Paru le 6 juin 2003

Éditeur : Le Cherche-Midi

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.