L’inadéquat (le lancer crée le dé)

Auteur : Florence Pazzottu

L'inadéquat (le lancer crée le dé)

La poésie de Florence Pazzottu repose la question d’un sens qui ne serait pas inné, antérieur à l’écriture, mais que le poème mettrait au jour, dans l’élan et le labyrinthe entêté de sa composition. À cette fin, le langage est ici soumis à un questionnement serré ou à plusieurs interrogatoires susceptibles d’en faire rejaillir la vérité cachée : attendus condensés, agrégeant et distordant les sons ; « inconférences » en prose ; épopées étranglées ; lancers de strophes syncopées… Mais, derrière cette rhétorique détournée (déviée ?) et l’opacité revendiquée de sa syntaxe, le poème dit aussi la chair des mots à vif, qui en est le poids et le prix, comme de la « vraie », de l’Autre vie ? Pour plus de lumière dès ici.
Née en 1962, Florence Pazzottu vit et travaille à Marseille. Elle anime depuis 1995 la revue Petite et collabore à de nombreuses publications. Elle est notamment l’auteur d’un récit : L’Accouchée (Comp’Act, 2002) et d’un premier recueil de poèmes remarqué : Vers ce qui manque, paru dans le volume collectif Venant d’où ? 4 poètes (Poésie/Flammarion, 2002).

Paru le 1er janvier 2005

Éditeur : Flammarion

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Moi moi moi et les petits oiseaux

Aujourd’hui j’ai tant marché
qu’en rentrant épuisé
je n’ai pas eu besoin de choisir
entre mon reflet sur la vitre de la fenêtre
et le paysage simple de la nuit

Alexandre Gouttard, Moi moi moi et les petits oiseaux, Éditions de la Crypte, 2020.