L’infime congé des pierres de Jacques Brossard

L'infime congé des pierres de Jacques Brossard

En ces temps de pesanteur du monde, épreuve de force, liquidation en tout genre, jusqu’à l’or du temps que l’on solde, martèlement, voir bombardement intensif, l’Atelier du Hanneton continue son errance poétique et vous propose de nouveaux copeaux d’imaginaire.
Errance poétique ?
Oui, car c’est peut-être dans cette blessure, dans cette absence de certitude, qu’il nous faut maintenant chercher.
Les cahiers-cristal sont une errance.
Un ensemble de feuilles cousues qui laisse dans la main une sensation de légèreté, une alliance de papier et de typographie qui tente d’approcher au plus près les voix des poètes, les détails de leurs écritures, les choix singuliers de leurs mots.
Les cahiers-cristal laissent dans la tête des copeaux d’imaginaire.

extrait :

L’Ame est millénaire
Dans un corps séculaire
Outre l’apnée obsolète
D’une danse d’abeilles

Et tout fait verbe
En deça du calme obscène
Des givres

Paru le 1er décembre 2003

Éditeur : L’Atelier du hanneton/ les cahiers-cristal

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.